Actualités du diamant

L’actualité du monde du diamant. Prix, tendances, ventes exceptionnelles, anecdotes… Retrouvez toutes ces informations dans cette catégorie.

Enchères haute joaillerie

Ces derniers jours deux somptueux diamants de couleur ont été mis aux enchères à Genève dans deux maisons concurrentes : Christie’s et Sotheby’s.

Diamant rose vif

Un magnifique diamant rose vif ou « Fancy vivid Pink » de taille poire de 15.38 carats a été vendu aux enchères Sotheby’s, le 9 mai 2016. Cette couleur est très recherchée pour un diamant rose. Il a été vendu à un prix record de 31,56 millions de dollars par un acheteur asiatique. Ce diamant qualifié d’ « exceptionnel », monté en bague avait été découvert à l’origine dans une mine d’Afrique du Sud, puis taillé par la suite par la société Cora International.

diamant rose vif monté sur une bague

©AFP

Le diamant bleu Oppenheimer

Ce somptueux diamant de couleur bleu vif ou « Fancy vivid Blue » de 14.62 carats a été vendue au prix record de 57,54 millions de dollars, le 12 mai 2016 dans le cadre de la vente de Christie’s. Cette tonalité de couleur est très rare et recherchée pour les diamants de couleur bleus. Ce diamant d’exception avait été trouvé dans la mine Premier en Afrique du Sud. Il appartenait au célèbre diamantaire londonien Sir Philip Oppenheimer qui travaillait pour la société De Beers.

diamant bleu Oppenheimer

©AFP

Vous trouverez ci-dessous un exemple d’échelle des variations de teintes des diamants de couleur :

échelle de couleurs du diamant bleu

Les diamants de couleur comme pierres d’investissement !

Les diamants de couleur deviennent de véritables produits de luxe ! De plus en plus rares et donc, de plus en plus recherchés, ces diamants voient leur valeur marchande atteindre des sommes astronomiques. De ce fait, ils deviennent progressivement des sources d’investissement au même titre que l’art. En effet, ces pierres d’exception semblent prendre de la valeur au fils des années, ce qui intéresse de plus en plus d’investisseurs…

Si vous souhaitez investir dans un diamant de couleur, nous sommes à votre disposition pour vous conseiller et vous guider dans votre projet. Nous chercherons pour vous sur le marché Anversois, la pierre que vous désirez !

Source : Français Express, Le diamant bleu Oppenheimer bat tous les records à Genève, 19/05/2016

Investissement Diamant : Les précautions à prendre !

Avant d’acheter un diamant, il est important de se documenter sur les critères qui font d’un diamant un bon investissement et de s’informer des précautions à prendre afin d’éviter de se faire avoir !

certificat d’authenticité diamant - hrd anvers

Critères de qualité d’un diamant

Tout d’abord, il faut savoir que la valeur d’un diamant est mesurée sur la base de 4 critères : le poids, en carats ; la pureté ; la couleur et enfin la qualité de taille (proportions/polissage/symétrie). Outre ces caractéristiques fondamentales, il est important de tenir compte également de la fluorescence. C’est l’ensemble de ces critères qui établiront la valeur de votre diamant !

Afin que vous puissiez mieux comprendre chacun de ces paramètres et leur importance, nous allons brièvement les détailler, pour vous guider dans votre projet d’investissement :

Le poids, en carat : Le poids d’un diamant se mesure en carats. Pour information, un carat pèse 0.20g. Le poids idéal pour un diamant d’investissement est de 1 carat ou plus.

La pureté : La pureté d’un diamant dépend du nombre, de la position et de la grosseur des inclusions présentes dans la pierre. Plus les inclusions sont nombreuses et volumineuses et moins la pierre a de valeur.

Vous trouverez ci-dessous, l’échelle de mesure de la pureté d’un diamant :
échelle de pureté du diamant

Pour une pierre d’investissement, nous vous conseillons de vous positionner sur une pierre entre IF et VVS2 inclus.

La couleur : La couleur d’un diamant varie du blanc bleuté au jaunâtre. Pour une pierre d’investissement, il est préférable de choisir une pierre dont la couleur est comprise entre D et F.

échelle de couleur du diamant

D : Blanc exceptionnel +
E : Blanc exceptionnel
F : Blanc extra +
G : Blanc extra
H : Blanc
I – J : Blanc nuancé
K – L : Légèrement teinté
M à Z : Teinté

Les formes : La forme de diamant la plus recherchée pour un diamant d’investissement est la taille « brillant ». Cette taille vaut plus chère que les tailles dites « fantaisie » : poire, marquise, coussin, ovale, émeraude…

La qualité de taille (proportions / polissage / symétrie) : Pour ces critères, privilégiez un diamant au minimum 3 fois « very good » ou idéalement 3 fois « excellent ». Il faut savoir que si un diamant a une qualité de taille « good » ou « fair » alors le diamant perd de la valeur et vaut 20 à 25 % de moins.

La fluorescence d’un diamant : Concernant le degré de fluorescence, préférez un diamant avec une fluo nulle (none) ou légère (slight / faint). Pour information, un diamant avec une fluorescence « medium » ou « strong » vaut 15% à 20% de moins.

Si l’on prend l’exemple d’un diamant de 1,20 carat E VVSI avec des Proportions, un Polissage, une Symétrie mauvaises et une Fluorescence forte, ce diamant peut valoir jusqu’à 50% de moins qu’un autre diamant de 1,20 carat E VVS1 dont toutes les caractéristiques sont Excellentes ou Très Bonnes et Sans fluorescence.

Il est donc important de ne pas se laisser abuser sur le prix d’un diamant car son prix est établit en fonction de la gradation de chaque critère de qualité.

Acheter un diamant en toute sécurité

Avant d’acheter un diamant, le négociant doit vous montrer le certificat d’authenticité de la pierre en question afin que vous puissiez consulter l’ensemble des critères mentionnés ci-dessus. Assurez-vous que le diamant est certifié par un des trois laboratoires suivants : GIA, HRD ou IGI. Par ailleurs, pour éviter tout type de fraude, il est nécessaire de faire graver et sceller la pierre par le laboratoire. Cela vous assure la conformité de votre diamant au certificat qui a été préalablement montré ! Toutes ces informations permettront d’acheter en toute sécurité !

Vous pouvez également prendre connaissance du cours du diamant en consultant l’indice Rapaport qui établit une moyenne des prix pratiqués dans les Bourses du Diamant et détermine ainsi le prix du diamant en dollar hors taxe. Ce cours vous permet de connaitre la valeur exacte de votre diamant.

Nous sommes à votre disposition pour vous conseiller ou pour vous guider dans votre projet afin que vous puissiez faire le meilleur investissement possible !

Nous recevons sur rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 18h30 sans interruption dans nos bureaux de Paris et d’Anvers. Contactez-nous !

Enchères : Un diamant bleu rare pourrait battre des records

Dediamant bleu de Beers Millennium Jewel 4

©Sotheby’s, De Beers Millennium Jewel 4

Le 5 avril 2016, un diamant rare de couleur bleu de 10.10 carats sera mis aux enchères par Sotheby’s à Hong Kong. Il pourrait établir un nouveau record en Asie en dépassant la barre des 30.6 millions de dollars, adjugé à un diamant blanc de 118 carats en 2013. D’après Sotheby’s, ce somptueux diamant bleu, issu de la mine de Cullinan en Afrique du Sud, « sans défaut à l’intérieur » est le plus gros diamant bleu de forme ovale jamais mis aux enchères.

Les diamants bleus sont rarissimes. En effet, il n’existerait pas plus d’une dizaine de diamants bleus de couleur « fancy vivid » de plus de 10 carats d’après Quek Chin Yeow, vice-président pour l’Asie de Sotheby’s. En effet, les diamants de couleur bleue sont très rares et de ce fait très chers. Ils existent dans une variété de couleurs, du bleu gris au bleu vert. Les diamants de couleur foncée restent les plus chers. Leur couleur bleue naturelle provient de la présence de bore. Ils sont extraits principalement des mines : Argyle en Australie, Cullinan en Afrique du Sud et Golconda en Inde.

Malgré les ralentissements économiques, la mise aux enchères de diamants rares suscitent toujours un fort intérêt. En effet, de nombreuses personnes sont friandes de ces pièces exceptionnelles. La plupart du temps, ces diamants rares sont achetés pour l’investissement.

Si vous souhaitez découvrir nos somptueux diamants de couleur, n’hésitez pas à prendre rendez-vous. Avant de vous recevoir dans nos bureaux de Paris ou d’Anvers, nous vous demanderons de nous indiquer l’intensité de couleur que vous souhaitez parmi Light/ Fancy/ Fancy Intense/ Fancy Vivid afin de vous présenter uniquement les pierres qui correspondent à vos critères.

échelle de couleurs du diamant bleu

Source : Le Parisien, Enchères: un rare diamant bleu pourrait battre des records à Hong Kong, Mars 2016

Un diamant rarissime : Le diamant rouge

Les diamants existent dans une multitude de couleurs. Les diamants naturels de couleur fantaisie sont extrêmement rares, et plus particulièrement le diamant rouge. Les diamants rouges proviennent principalement de la mine de diamants d’Argyle en Australie et des bords de la rivière Abzetezinho au Brésil ; et plus rarement d’Afrique (Tanzanie) et de Russie. Ils sont si rares qu’il existe seulement vingt à trente vrais diamants rouges référencés, qui ne dépassent guère le demi carat en taille.

un diamant rouge

Origine de la couleur rouge

Les diamants rouges sont formés uniquement à partir de carbone, au même titre que les diamants incolores. La couleur rouge du diamant provient d’une déformation rare au sein de sa structure atomique. On parle également de « déformation plastique ».
Les diamants naturels rouges sont classés en fonction de l’intensité de leur couleur. Ils vont du rose foncé au rouge violacé. Plus la teinte est foncée, plus grande est la valeur du diamant.

A savoir : Les diamants dont la couleur rouge est intense sont extrêmement rares, particulièrement ceux ayant des reflets violets.

Une valeur inestimable

Les diamants rouges sont extrèmement rares. De ce fait, l’offre étant très limitée, la valeur de ces diamants augmente considérablement. Ces diamants sont très recherchés. Le prix des diamants rouges devrait fortement augmenter voir doubler dans les années à venir. A l’heure actuelle, le prix d’un diamant rouge naturel de type fantaisie commence rarement en dessous de $100.000 pour les gemmes dépassant à peine les 0.20 carats.

Les diamants rouges célèbres

The Moussaieff Red

le diamant Moussaieff Red
Le diamant brut de 13.9 carats a été découvert dans les années 1990 par un fermier dans la rivière Abzetezinho, au Brésil. Ce diamant a été ensuite taillé pour donner un diamant rouge fantaisie de 5.11 carats de taille triangulaire, sans défaut interne (IF). En 2001, l’entreprise Moussaieff Jewellers Ltd. a acquis ce diamant pour la somme de 8 millions de dollars. De nos jours, il est considéré comme étant le plus gros diamant rouge dans le monde.

The Hancock Red

le diamant Hancock Red
Ce diamant de 0.95 carats, de taille brillant, originaire du Brésil, est un des diamants rouges les plus célèbres dans le monde, de part sa couleur rouge violacée. En effet, l’intensité de la couleur de ce diamant rouge est extrêmement rare, ce qui fait de cette pierre, une gemme extraordinaire. Son nom tire son origine du célèbre collectionneur de diamants de couleur, Mr. Warren Hancock qui avait acheté le diamant en 1956 pour la « modique » somme de $13.500. Il a été mis en vente et acheté en 1987 chez Christie’s à New York pour la somme de $880.000, ce qui fait de lui le diamant le plus cher de son temps.

The De Young Red

le diamant De Young Red
Ce diamant rouge de 5.03 carats a été découvert en 1927 en Afrique du Sud. Ce diamant de taille brillant possède une couleur rouge intense avec des éclats bruns lui donnant ainsi l’aspect d’un rouge grenat. A sa première mise aux enchères, le diamant rouge a été vendu à tort en tant que rouge grenat. Il est actuellement exposé au Musée Smithsonian à Washington D.C. Il est de nos jours le troisième plus gros diamant rouge dans le monde, après The Moussaieff Red (5.11 carats) et The Kazanjian Red Diamond (5.05 carats).

Source : Red Diamonds – The rarest of them all, Cape Town Diamond Museum

Vous trouverez ci-dessous, le classement des diamants, du plus rare au moins rare :
classement des diamants, du plus rare au moins rare

En 2016, Les pierres de couleur auront le vent en poupe

Une hausse de la demande en pierres précieuses

D’après Bonhams, maison d’enchères privées britannique, les pierres précieuses de couleur ont connu une hausse de la demande en 2015, qui a contribué à une augmentation parfois record du prix des gemmes. Cette augmentation de la demande pour les pierres de couleur devrait se poursuivre sur l’année 2016.

Pour Emily Barber, directrice du département bijoux de Bonhams à Londres, les pierres précieuses de différentes teintes devraient dominer le marché car les pièces d’exception deviennent de plus en plus rares.

Parmi les pierres précieuses de couleur, le rubis, le saphir et l’émeraude sont particulièrement très demandés ce qui leur permet d’atteindre des prix records. Des prix forts sont aussi atteints pour d’autres pierres comme c’est le cas pour le spinelle qui risque de connaitre une hausse de la demande en 2016.

Concernant les diamants de couleur et plus particulièrement les diamants bleus, leur prix pourrait connaitre une forte hausse du fait que seulement 0.04% des pierres de qualité extraites des mines sont des diamants de couleur bleu.

diamant de couleur bleu

Les diamants peuvent prendre différentes couleurs comme suit :

la couleur des diamants

Les diamants de couleur sont aussi appelés FANCY COLOURED DIAMONDS et peuvent prendre différentes intensités : Light, Fancy, Fancy Intense, et Fancy Vivid :

diamant light yellow LIGHT diamant couleur light pink
diamant fancy yellow FANCY diamant fancy pink
diamant yellow fancy intense FANCY INTENSE diamant fancy intense pink
diamant fancy vivid yellow FANCY VIVID diamant fancy vivid pink

L’élément décisif pour le prix d’un diamant de couleur est son intensité ; ce qui n’est pas le cas pour les diamants blancs. Pour ces pierres de couleur, la pureté, bien qu’étant importante, n’est que secondaire.

Les couleurs les plus rares et donc les plus chères sont le bleu, mais plus encore le rose, le rouge et enfin le vert.

Par ailleurs, d’après Bonhams, pendant que les prix des pierres précieuses plus traditionnelles montent en flèche, les collectionneurs montrent un fort intérêt pour les spinelles, tourmalines et rubis de nouvelles régions géographiques comme Madagascar dont les prix restent plus attractifs et de très belle facture.

Si vous souhaitez investir dans le diamant ou réaliser un bijou sur-mesure, n’hésitez pas à venir nous rencontrer dans nos bureaux de Paris ou d’Anvers ; nos experts gemmologues seront ravis de vous conseiller et de vous accompagner dans votre choix de pierres précieuses.

Diamant Gems et nos équipes d’experts, vous garantissent un choix de pierres certifiées par les laboratoires de gemmologie réputés dans le monde entier et respectant le Processus de Kimberley.

Source : Michelle Tay, Colored Stones Will Drive Jewelry Market in 2016, Says Bonhams, 11 janvier 2016

Le marché du diamant d’Est en Ouest

Cet article va permettre de comprendre et d’analyser les besoins des consommateurs de diamants des États-Unis à la Chine.

La commercialisation du diamant est commune au monde entier et est souvent enjolivée par les différentes histoires qui accompagnent les pierres les plus exceptionnelles. Partout l’on entendra que le diamant est le symbole de l’amour éternel et de l’engagement.

En revanche la fonction attribuée au diamant ainsi que les événements lors desquels il convient d’offrir de telles pierres varient d’un pays à l’autre. Ainsi les acteurs du marché diamantaire doivent s’adapter aux coutumes et traditions des pays pour lesquels ils souhaitent vendre leurs plus beaux diamants.

Présentation des marchés Américains et Chinois

Commençons par les États-Unis. Ils sont actuellement les plus gros consommateurs sur le marché mondial du diamant. Selon les données récentes du rapport de l’industrie Insight from De Beers de mars 2015, la demande en bijoux diamant des États-Unis représentait près de 37,3 milliards de dollars en 2014. Contre 10,1 milliards de dollars pour la demande chinoise.

Malgré la crise des subprimes qui a débuté en 2007 aux États-Unis, l’industrie du diamant connaît une croissance stable d’environ 2% par an et notamment depuis 2013 où la croissance du PIB atteint les 3%. Ainsi, la demande en bijoux diamant va continuer de croitre sur le long-terme.
Du côté de la Chine, les rapports d’analyse prévoient que la Chine dépasse les États-Unis et devienne le pays le plus gros consommateur de diamant dès 2016, notamment en raison de la croissance économique fulgurante que connaît le pays depuis ces dernières années. En effet, les rapports précisent que le marché du luxe en Chine représentait 30% du marché du luxe mondial en 2014.
Mais différentes mesures prises en 2013 par le président chinois Xi Jinping, comme la campagne de lutte contre la corruption, ont indirectement provoqué un ralentissement de l’économie chinoise et ont donc affecté le marché du luxe et du diamant en Chine. Mais cet essoufflement de la croissance chinoise est à nuancer car la Chine Continentale voit une augmentation du pouvoir d’achat des classes moyennes encouragée par une politique gouvernementale favorable à l’augmentation des revenus disponibles et donc alloués au marché du luxe.

carte de La mondialisation du marche du diamant en 2014

Les besoins des consommateurs Américains et Chinois

Les consommateurs américains ont tendance à acheter des diamants pour deux raisons principales : pour les demandes en mariage en priorité puis pour des cadeaux pour leur entourage proche.
Le marché du diamant aux États-Unis est donc réparti pour la plus grosse part dans le marché des épousailles où les mariées ont en général entre 25 et 35 ans. En effet, 80% des femmes américaines possèdent une bague en diamant car si elles n’ont pas de bague de fiançailles, elles ont les moyens de s’offrir elles-mêmes un solitaire diamant. Leurs revenus sont pour la plupart élevés et expliquent en partie la demande en bijoux diamant aux États-Unis.

Les consommateurs chinois rejoignent la vision américaine en ce qui concerne la demande en bijoux diamant. En revanche, le marché des épousailles ne représente qu’un tiers du marché total du diamant chinois. De plus, les marchés du diamant de Chine Continentale et de Hong Kong sont différenciés. On observe notamment une forte influence de la culture occidentale sur le marché du diamant de Hong Kong où les diamants sont reconnus comme le symbole de l’amour par excellence mais aussi comme une preuve d’auto-réalisation professionnelle comme personnelle. Ainsi, la majorité des consommateurs sont des femmes âgées de 30 à 50 ans dont 70% ont déjà acquis un diamant avant leurs 40 ans.

En Chine Continentale le marché des diamants est davantage dynamique qu’il concerne une gamme précise de prix par pierre. En effet, la plus forte demande en diamant se situe entre 300 et 700 dollars la pierre, ce qui diffère considérablement de la demande américaine qui atteint des prix aux alentours de 5000 dollars par pierre.

diagramme demande globale en diamant, en milliards de dollars

Le diamant, une histoire de génération pour les États-Unis comme pour la Chine

La stratégie marketing dans le domaine du diamant remonte notamment aux années 1930-1940 où l’entreprise diamantaire De Beers crée l’idée du « Diamond Dream » faisant référence au rêve américain du diamant. Cette expression avait pour espoir de lier les valeurs émotionnelles des cérémonies de mariage à la beauté éternelle du diamant, seule pierre capable de représenter la force et l’éternité de l’amour des mariés. Ainsi, De Beers lance en 1947 la campagne marketing « Le diamant est éternel » dont le succès ne se fait pas attendre. A cette époque, le groupe De Beers contrôlait alors plus de 80% de l’approvisionnement mondial de diamant tout en allouant près de 200 millions de dollars par an en communication marketing pour répandre le désir de diamant à travers les autres pays du monde.

Depuis, De Beers mise davantage sur la stratégie marketing et ne détient plus que 38% de l’approvisionnement mondial en diamant. Ainsi, le groupe s’attache à se différencier de ses concurrents en diversifiant ses produits et en créant sa propre marque de joaillerie en 2008 : Forevermark, traduisant l’essence même de leur slogan « Diamond Dream ». Aujourd’hui, le consommateur américain est extrêmement bien informé sur le diamant qu’il s’apprête à acheter. Le choix ne manque pas car les points de vente se sont multipliés en quelques années. Plus qu’une pierre, le diamant représente actuellement pour les consommateurs une extension de leur personnalité et souhaitent qu’il traduise au mieux leur individualité.

En Chine, le marché du diamant ne s’est développé que récemment car la place était essentiellement aux marchés de l’or et de jadéite. C’est donc en 1993, dès l’entrée de De Beers sur le sol chinois, que la culture du diamant est devenue incontournable. La consommation de diamant entre les villes chinoises reste assez disparate mais depuis la lancée de Forevermark en 2008, 8 femmes sur 10 possèdent une bague de fiançailles en diamant ou une alliance pavée de diamants. Car la coutume veut que les familles des mariés se fassent mutuellement cadeau de bijoux en or ou de jadéite. Les joailliers, tels que le groupe De Beers, ont donc l’opportunité d’entrer sur ce marché des bijoux traditionnels en s’adaptant aux coutumes de la Chine Continentale.

Depuis cette croissance du marché du diamant, les consommateurs chinois ont tendance à « s’émanciper » sur le choix de leurs bijoux diamant. Ainsi, si la mode était aux solitaires diamants, aujourd’hui ils accordent davantage d’importance à l’acquisition des diamants qui leur ressemblent.
Cette commercialisation du diamant en Chine a été propice à l’essor du marché des diamants synthétiques. Connue pour les nombreux problèmes de contrefaçon concernant les produits de luxe, la Chine tente depuis 2012 de dénoncer ce marché illégal de diamants. Mais cet aspect négatif du marché des diamants n’a pas porté atteinte à l’image de De Beers, bien au contraire. Sa marque Forevermark a permis d’authentifier la qualité et la pureté des diamants vendus par De Beers et a donc permis une nouvelle croissance du marché des diamants naturels.

La demande en diamant se démocratise en Chine, et les nouvelles générations achètent des diamants pour diverses occasions et non plus spécialement pour les demandes en mariage. Les fêtes traditionnelles voient donc fleurir les diamants lors des anniversaires, des remises de diplômes, des naissances, du nouvel an chinois, etc.

logo forevermark, de beers

Une digitalisation du marché du diamant Américain comme Chinois

Les réseaux sociaux sont incontournables aux États-Unis et permettent de relayer les stratégies de communication des grandes entreprises diamantaires. Ainsi, la commercialisation des diamants se fait principalement via Facebook, Twitter, Instagram et Pinterest. Ces moyens de communication dépassent ceux plus traditionnels comme les publicités dans les transports publics, la radio, ou la télévision. Si ces moyens de communication sont assez différents, ils s’alignent en revanche sur le même objectif : diffuser les informations nécessaires aux consommateurs afin qu’ils se dirigent vers un magasin physique pour faire leur choix final.

En Chine, les supports de communication se résument en deux principaux outils tels que WeChat, un service de messagerie instantanée, et Weibo, un microblog. Ainsi, les marques peuvent communiquer sur leurs produits à travers des messages rédigés et envoyés aux abonnés pour les informer des nouvelles tendances, des promotions en cours ou des événements à venir concernant la ou les marques qu’ils suivent. Les consommateurs chinois apprécient cette approche « individualisée » et se sentent davantage attachés aux marques qu’ils affectionnent. A travers cet échange de contenus, les consommateurs se sentent importants aux yeux de la marque en question qui assure ainsi leur fidélité.

En conclusion, même le marché du diamant dépend de l’avancée fulgurante des nouvelles technologies. Les diamantaires et hauts joailliers l’ont bien compris et tant qu’ils s’informent et utilisent les nouveaux supports de communication, ils pourront continuer à s’adapter aux traditions, aux coutumes, aux valeurs mais aussi à l’évolution des tendances des marchés selon les pays et les générations ciblées.

diamond is forever, publicité de beers

La République Centre Africaine encore et toujours confrontée aux diamants de sang

chercheur de diamants au bord d'une rivière

Les seigneurs de guerre continuent d’utiliser le marché des diamants pour financer illégalement les conflits qui frappent le pays. Il semble que la valeur totale actuelle du commerce illicite de diamants centre-africains ainsi que celle du niveau de fiscalité des groupes rebelles armés de la RCA soient estimées entre 3,87 et 5,8 millions de dollars par an.

C’est en tout cas ce que dénonce l’Enough Project, une organisation située aux Etats-Unis et plus précisément à Washington, qui s’attache à mettre un terme aux génocides et aux crimes contre l’humanité ayant lieu dans divers pays du monde.

Une situation ambigüe

Malgré l’interdiction fixée par le Processus de Kimberley depuis mai 2013, destinée à suspendre le trafic de diamants de sang en République Centre Africaine, les deux principaux groupes de rebelles armés utilisent encore et toujours les diamants pour financer leurs activités. Ainsi, le groupe rebelle de l’ex Séléka et le groupe rebelle de l’Anti Balaka pillent et volent à la fois les mines de diamants mais aussi les mines d’or dont la marchandise extraite est directement vendue à des intermédiaires.

Une fois les diamant et l’or revendus, les marchandises sont ensuite acheminées clandestinement de la République Centre Africaine vers les pays voisins et notamment au Cameroun, en République Démocratique du Congo et au Soudan. Une partie des marchandises se retrouve par la suite sur les marchés internationaux.

Certains diamants de République Centre Africaine sont revendus localement. Ces diamants sont rachetés pour l’essentiel par trois principales « centrales » d’achat de diamants qui détiennent à ce jour près de 8 millions de dollars de diamants. Mais cette pratique reste « légale » puisqu’officiellement ces diamants ne sont pas exportés et ne violent donc pas les règles du Processus de Kimberley.

carte du commerce de diamant en afrique

Des solutions encore insuffisantes

Alors qu’une récente discussion du système du Processus de Kimberley concernant une levée partielle des restrictions en RCA a eu lieu, ce nouveau climat est propice à la critique des moyens mis en place pour lutter contre le conflit des diamants de sang dans ce pays. En effet, un système de traçage de diamants en RCA serait insuffisant si les groupes armés prennent le contrôle des mines de diamants.

De ce fait, l’organisation annonce que pour contrer ce danger, toute levée des restrictions du Processus de Kimberley concernant les diamants de la République Centre Africaine devrait être accompagnée d’une suppression de tous les groupes armés des sites miniers, du contrôle des marchés de négoce de diamants et d’un suivi sérieux des diamants achetés et vendus par ces sociétés diamantaires d’Afrique Centrale et notamment concernant les diamants destinés à l’exportation.

logo project enough

Ainsi, selon L’Enough Project il faudrait remplir certaines conditions avant la levée des restrictions du Processus de Kimberley concernant la République Centre Africaine : il est nécessaire d’établir des statistiques de production de référence pour les mines de diamants ; le Processus de Kimberley devrait établir une équipe destinée à la surveillance de l’entrée des diamants de sang dans les chaînes d’approvisionnement ainsi qu’identifier clairement le rôle des sociétés diamantaires de RCA dans l’achat et la vente des diamants locaux.

Jacob Zupnick : un diamantaire extraordinaire

portrait de Zupnick Jacob

En juin dernier, l’un des plus grands diamantaires est décédé. En effet, Jacob Zupnick, appelé Zupi, s’est employé durant toute sa carrière de diamantaire à valoriser et à faire passer les valeurs de son métier ainsi que la relation avec la communauté de diamantaires avant ses profits personnels. Les diamants étaient bien plus chers à ses yeux que l’argent qu’ils représentaient. Ainsi, pour lui, le commerce de diamant reposait sur les personnalités et les valeurs propres à chaque diamantaire et non pas sur la valeur marchande des pierres en possession des diamantaires.

Un diamantaire aussi brillant que ces pierres

La carrière de diamantaire de Zupi a débuté, comme pour beaucoup d’autres, de manière très incertaine. Avant l’arrivée des ordinateurs et d’Internet, il était difficile de trouver des clients. Bien souvent, il s’agissait de fabricants eux-mêmes en situation difficile, qui venaient revendre leurs biens aux diamantaires comme Zupi. De même, il était difficile de satisfaire les quelques clients désireux d’acheter des diamants de qualité à bons prix.

Les affaires étaient très instables car il n’existait pas de listes de référence pour les diamants en vente. Le marché des diamantaires reposaient essentiellement sur le bouche à oreille entre clients potentiels. C’est pourquoi Zupi s’attachait à établir de véritables relations de confiance entre lui et ses clients afin de pouvoir échanger diverses informations sur le marché en toute sécurité. Pour Zupi, il fallait éviter toute injustice afin de pouvoir compter sur ses relations professionnelles en cas de besoin.

Lorsque les affaires ont commencé à être fructueuses, Zupi a souhaité réaliser différents projets qui lui permettraient de venir en aide à autrui. C’est notamment le cas du programme Hatzalah, un service médical d’urgence assuré par des médecins bénévoles. Zupi apportait les fonds nécessaires au bon fonctionnement de ce service, ce qui a permis par la suite d’investir dans des ambulances mises à la disposition des médecins bénévoles.

programme Hatzalah fondé par Zupnick Jacob

Une reconnaissance internationale

C’est précisément cette relation d’entraide qu’il a établie et conservée avec la communauté des diamantaires. Il arpentait les différents marchés afin de trouver vendeurs et acheteurs tout en favorisant les relations de confiance et d’équité. Dès les années 1990,les découvertes de pierres exceptionnelles se succèdent ainsi que les ventes aux enchères de Sotheby’s et Christie’s. Zupi n’en manquait aucune et s’émerveillait à la fois des spécimens mis en vente ainsi que des futurs acheteurs.

Il n’a jamais ressenti le besoin de s’enrichir au profit d’autrui, ce qui ne l’a pas empêché de côtoyer les plus grands hommes du monde diamantaire, dont Ahmed Fitaihi d’Arabie Saoudite. Ce dernier était le plus gros investisseur de diamants dans le monde de cette époque, autrement dit un homme d’influence. Pourtant, il n’a pas hésité à nommer Jacob Zupnick comme courtier personnel.

Des valeurs communes pour Diamant Gems

De nos jours, de nombreux diamantaires conservent cette éthique dans l’exercice de leur métier. Vous retrouverez cet esprit et ces valeurs de confiance et de sécurité dans notre société, forte de plus de 15 ans d’expérience. Diamant Gems vous garantit un choix de pierres certifiées par les laboratoires de gemmologie réputés dans le monde entier et respectant le Processus de Kimberley. Alors n’hésitez pas à venir nous rencontrer, nos experts gemmologues seront ravis de vous conseiller et vous aiguiller dans votre démarche.

Les Diamants à l’heure de la Génération Millenium

Que diriez-vous d’une bague de fiançailles interactive sertie de diamants dignes de la nouvelle génération de consommateurs de bijoux diamant ?

La technologie régit aujourd’hui notre vie. Aucun domaine n’y échappe et l’électronique voit ses consommateurs se précipiter pour acquérir les derniers produits en vogue : smartphones, tablettes, ordinateurs, montres connectées deviennent de réels objets nécessaires à la vie quotidienne.

Mais ces produits peuvent-ils traduire l’amour que vous portez à votre entourage et à vous-même ? C’est ce que Chi Huynh, créateur et directeur de Galatea : Jewelry by Artist, a entrepris de réaliser à travers sa collection de bagues de fiançailles en diamant, Momento. Le concept de cette bague de fiançailles est simple : un doux mélange de bijoux traditionnels associés à la nouvelle technologie capable de faire fondre les cœurs des consommateurs les plus romantiques.

Une bague qui parle

Imaginez alors que vous puissiez offrir la bague de fiançailles dans son écrin et que celle-ci soit capable de retransmettre la demande en fiançailles que vous aurez au préalable enregistré ? Imaginez ensuite que cette même bague soit capable d’enregistrer la cérémonie et vos vœux de mariage, les premiers mots de votre enfant ou encore sa cérémonie de remise des diplômes, etc. ? C’est exactement ce que Huynh a réalisé à travers cette collection de bagues de fiançailles Momento. Ainsi, cette bague sertie de diamants pourra être transmise de génération en génération et enregistrer chaque message et passage important des membres d’une famille tout entière.

Galatea : Jewelry by Artist

Une maîtrise technique et électronique

Mais avant de concevoir une telle bague de fiançailles, Huynh s’est d’abord intéressé aux supports électroniques sur lesquels il pourrait s’appuyer afin de réaliser un bijou aussi léger et design que possible sans pour autant affecter sa beauté. Il a donc choisi de comprendre et de travailler avec la technologie sans fil, Near Field Communication (NFC), ce qui lui a permis de réaliser une puce assez petite pour être incluse dans un bijou. En effet, les puces NFC sont directement insérées sous la pierre précieuse ou la perle, ou le diamant.

Ainsi, plusieurs collections de bijoux Momento se sont succédés, en commençant par les perles puis en affinant vers le diamant. En parallèle de ce travail électronique, il s’est penché sur la question de l’utilisation de ces bijoux interactifs. Il a donc conçu une application capable de se connecter aux bijoux et donc d’interagir via ce dispositif électronique.

Cette application est compatible avec Android et permet de donner « vie » au bijou dans le sens où ce dernier pourra retransmettre le message, les images, les textes enregistrés auparavant et selon la commande choisie sur l’application.
Il est prévu que cette application soit également téléchargeable avec Apple.

bijoux interactifs de la collection Momento, Galatea

Huynh travaille aujourd’hui sur la création de nouvelles collections Momento, des bagues, des pendentifs ou encore des boucles d’oreilles. Ces bijoux, qui existent déjà sertis de pierres précieuses, de perles et de diamants, seront disponibles avec d’autres types de pierres, comme les pierres de couleur telles que l’émeraude, le saphir ou le rubis.

En revanche, en ce qui concerne la commercialisation de ces bijoux, les pierres et la monture (fournie avec la puce NFC) seront vendues séparément.

Un petit bijou qui renferme une vie de souvenirs

Enfin, ces bijoux conçus pour les nouvelles générations de consommateurs toucheront également les générations précédentes. Si les bagues de fiançailles connectées ciblent davantage les jeunes aujourd’hui âgés de 20 à 30 ans, les parents et les grands-parents s’attendriront tout autant sur un tel bijou offert par leurs enfants ou leurs petits enfants qui auront pris le soin d’enregistrer leurs petits mots doux.

La Russie, nouveau leader mondial des diamants synthétiques ?

Quand progrès technique rime avec diamant synthétique

Le nouveau Centre de Technologie du Diamant de Saint-Pétersbourg a récemment annoncé un record de croissance dans le secteur de ses diamants synthétiques. C’est en effet en Mars dernier que le directeur technique de la société, Alexandre Kolyadin, a présenté l’un des plus gros diamants synthétiques jamais réalisés et en un temps record. Ce diamant de 32.26 carat est la preuve irréfutable que la technologie russe en matière de diamant synthétique est des plus avancées. Aussi Kolyadin a-t-il annoncé que la société se consacrera davantage aux techniques de création de diamants synthétiques plutôt qu’à l’industrie des diamants polis.

Le record du plus gros diamant synthétique reste néanmoins établi par le laboratoire de recherche de De Beers en 1993 qui a créé un diamant jaune de 34.80 carats, de type Ib. Les chercheurs de cette société y ont travaillé plus de 600 heures pour obtenir ce diamant jaune qualifié de « non gemme » en raison des nombreuses inclusions métalliques présentes dans la pierre.

new diamond technology

La qualité au centre des laboratoires russes

Le diamant du centre de Saint-Pétersbourg a été créé en moins de 300 heures et classé de type IIa. Il s’agit d’un diamant incolore de qualité supérieure sans présence d’azote dans la pierre. Certains experts affirment par ailleurs que ce diamant synthétique « brut » peut être taillé en un diamant de 7,5 à 8,5 carats de couleur D à F et de pureté VS.

Jusqu’à ce jour, le seul diamant synthétique créé et qualifié de qualité gemme pesait 3,04 carats, était de couleur I et de pureté SI1. Ce diamant était l’œuvre du laboratoire Gemesis qui a estimé ce diamant à plus de 23 000 dollars.

Les laboratoires de Russie spécialisés dans les diamants synthétiques ne cessent d’enregistrer de nouveaux records, dont le dernier est un diamant synthétique de 20,69 millimètres de longueur, sur 17,3 millimètres de largeur et 11,80 millimètres de hauteur. Les laboratoires russes ont ainsi testé des technologies expérimentales permettant d’obtenir un diamant synthétique dont 75% de la pierre sont de qualité gemme.

Le laboratoire de Saint-Pétersbourg a été créé en 2014 par Inreal, l’un des leaders du marché des diamants industriels russes. L’objectif de cette entreprise est de produire en grande quantité des diamants synthétiques de types IIa et IIb. Elle possède entre autres 30 des plus puissantes machines à haute pression mondiales qui permettent notamment de réaliser des diamants synthétiques selon la méthode HP-HT.

diamant synthetique

Une avancée risquée ?

Si le marché des diamants synthétiques ne cesse de progresser, il ne doit pas devenir une menace pour le marché des diamants naturels. En effet, depuis quelques mois, les diamantaires et les sociétés minières tentent de contrôler davantage leurs produits et d’assurer une transparence certaine de leurs diamants. Mais avec les différents problèmes liés à l’insertion des diamants synthétiques sur le marché des diamants naturels de façon illégale, les acteurs du marché mondial des diamants naturels restent sceptiques. Mais Kolyadin, qui est aussi le Directeur d’Inreal, tient à préciser que les diamants synthétiques sont loin de remplacer les diamants naturels. Selon lui, « les entreprises capables de créer de tels diamants synthétiques ne dépassent pas la dizaine. En outre, le taux de croissance moyen des pierres cultivées en laboratoire est assez lent et représente environ 5 jours complets pour un diamant synthétique atteignant au moins 1 carat. Enfin, les capacités de production mondiales des diamants synthétiques sont très limitées et très contrôlées ».

Par ailleurs, les diamants synthétiques sont destinés à être utilisés dans des domaines où les diamants naturels sont incompétents. Ainsi, les diamants synthétiques, ultra résistants, peuvent supporter des environnements agressifs et extrêmes. Leur utilisation pourrait révolutionner les domaines de l’optique, de l’électronique, de la robotique, de l’industrie aérospatiale mais également des technologies de l’information (les TIC).