Uncategorized

La découverte de nouveaux diamants

Le Diamant fait parler de lui

Ces dernières années sont à marquer d’un point rouge pour les apparitions de diamants là où on les attend le moins. En effet, l’année 2014 est une année particulièrement exceptionnelle pour le diamant dans la mesure où trois découvertes de gros diamants bruts successives ont eu lieu.

Petra Diamonds et ses deux nouveaux diamants

Ainsi, la grande exploitation minière Petra Diamonds a annoncé la découverte en juin dernier d’un diamant bleu de 122,52 carats dans la mine Cullinan dont elle est propriétaire depuis 2008 et qui se situe en Afrique du Sud. Ce diamant a été vendu pour plus de 27 millions d’euros. De même, à l’automne 2014, la mine Cullinan a ensuite révélé un diamant de 232,08 carats de couleur D et de type II. Cette pierre est donc incolore et ne présente aucune impureté. Elle est donc d’une qualité exceptionnelle. Son prix pourrait valoir selon les experts de 10 à 20 millions d’euros.

diamants bruts

Gem Diamonds découvre un nouveau diamant blanc

Une autre grande exploitation minière a également connu une grande découverte en juillet dernier d’un diamant exceptionnel. En effet, Gem Diamonds a annoncé la découverte d’un diamant blanc de 198 carats d’une pureté rare et sans aucune fluorescence dans la mine de Letseng au Lesotho en Afrique du Sud. Ce diamant serait classé de type IIa et aurait ainsi une valeur exceptionnelle. C’est ce qu’a confirmé sa vente en fin d’année puisqu’il a été vendu pour plus de 10 millions d’euros.

Diamant 198 carats

Découverte d’une roche composée de 30 000 diamants

Par ailleurs, en décembre dernier lors de la Conférence Annuelle de l’Union Américaine de Géophysique qui s’est déroulée à San Fransisco aux Etats-Unis, un géologue nommé Larry Taylor a annoncé la découverte d’une étrange roche composée de près de 30 000 diamants. Cette roche extraite d’une mine russe de Udachnaya a été confiée aux scientifiques pour qu’ils puissent l’analyser de près. Mais les géologues affirment déjà que cette concentration de diamants est plusieurs millions de fois supérieure aux concentrations habituelles présentes dans les minerais. L’analyse des scientifiques a révélé que ces diamants bruts sont octaèdres, c’est-à-dire qu’ils présentent déjà une forme particulière, soit deux pyramides reliées par leurs bases. Ces diamants seront principalement destinés à la taille de futurs diamants ronds, à condition que leur taille le permette. Les autres diamants bruts plus plats et plus répandus seront utilisés pour la taille des diamants de formes fantaisies, comme la taille princesse, marquise, émeraude…

Des diamants venus de l’espace

Enfin, deux ans plus tôt, en 2012, une équipe d’astronomes américano-française a découvert une planète inhabituellement chaude formée pour la plus grande majorité de diamants. En effet, Nikku Madhusudhan, coauteur de la découverte de cette planète, précise que cette dernière a une taille deux fois supérieure à celle de la Terre et est composée essentiellement de graphite et de diamant contrairement à notre planète bleue qui elle est constituée d’eau et de granite. Cette exoplanète, nommée 55 Cancri-e située en dehors du système solaire est donc principalement composée de carbone et la masse de diamants présente sur cette planète représenterait un tiers de celle-ci et serait trois fois supérieure à la masse terrestre selon les astronomes.

55 Cancri-e, la planète de diamants

L’Evolution de la Taille d’un Diamant

1966 : Une date clef dans l’évolution des techniques de taille

Si vous possédez un diamant dont vous avez hérité, autrement dit une pierre de famille, il est fort probable que ce diamant présente une taille ancienne. En effet, les techniques et le processus de taille d’un diamant ont évolué avec le temps et se sont modernisés, notamment depuis 1966. Cette année a été marquée par le passage de la taille ancienne à la taille moderne d’un diamant, spécifiée et normée par le lapidaire Tillander. Un lapidaire désigne une technique ou un métier qui se réfère à la taille des pierres, précieuses ou non.

ancien diamant sur bague

Du Moyen-âge au XXe siècle, des usages bien différents

Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Au Moyen-âge, les diamants étaient considérés comme des pierres précieuses munies de pouvoirs magiques. Ils n’étaient donc pas ou très peu taillés, uniquement dans le but de conserver le caractère exceptionnel de la pierre. Ces diamants n’étaient donc pas façonnés mais seulement « aplanis » pour lisser les côtés irréguliers des diamants qui seront ensuite clivés. Dès le XVIIème siècle, les lapidaires donnent naissance aux tailles fantaisies : coussin et marquise notamment, très appréciée de la Cour. Ce n’est qu’au début du XXème siècle et précisément en 1919 qu’apparaît la première taille ronde à 58 facettes d’un diamant, réalisée par Tolkowsky.

diamant et bague du moyen age

Taille ancienne, taille moderne : les différences

La principale différence entre la taille ancienne et la taille moderne réside dans les proportions et l’éclat des diamants. En effet, les techniques ayant évolué, les diamants de taille moderne seront presque parfaits au niveau des proportions et des facettes, ce qui les rendront davantage étincelants que les diamants de taille ancienne dont les finissions étaient plus approximatives.

Devez-vous alors faire retailler une pierre de famille ? Il est avant tout conseillé de la faire évaluer et expertiser par un diamantaire expert afin d’en déterminer la valeur et d’établir un certificat attestant de ses caractéristiques. Il est déconseillé de retailler un diamant de taille ancienne entièrement puisqu’il perdrait en poids et donc en valeur. En revanche, il est possible d’en améliorer l’éclat notamment par la retaille des facettes et par la correction des imperfections de la pierre ayant été portée et donc d’une certaine manière usée par le temps.

diamant moderne sur bague

Enfin, il est également possible de dessertir le diamant de taille ancienne s’il fait parti d’un bijou dans le but de revendre la pierre ou bien de moderniser le bijou de famille en question par le sertissage de nouvelles pierres précieuses telles que les rubis ou les saphirs qui viendraient améliorer la couleur de votre diamant, le rendant plus blanc. En revanche il est fortement déconseillé de sertir des diamants de taille moderne aux côtés de votre diamant de taille ancienne qui paraîtrait alors grossier et peu brillant.

Si nous avons pu répondre à vos interrogations et que vous souhaitez des conseils plus précis n’hésitez pas à venir rencontrer nos diamantaires et gemmologues experts qui vous guideront lors de l’expertise ou de la retaille de votre diamant.

Les diamants synthétiques

lot de diamants synthétiques

Les Diamants Synthétiques, une menace pour les Diamants Naturels ?

Depuis quelques temps déjà les diamants synthétiques suscitent une étrange polémique, voire une certaine panique. Depuis leur première apparition dans les années 1950 ils n’ont été produits que pour des raisons industrielles et ne sont donc pas destinés à être taillés. Mais cette théorie est aujourd’hui remise en cause. Car si en 2013 la part des diamants synthétiques ne représentait que 500 millions de dollars sur le marché des diamants taillés, aujourd’hui elle s’établit à près d’un milliard de dollars.

Depuis mi-octobre 2013, le siège de l’IGI à Anvers confirme que les 17 laboratoires de la firme reçoivent chaque jour des petits lots de diamants de moins de 0.05 carats dans le but de déterminer s’ils sont naturels ou synthétiques ou un mélange des deux. Il est plus facile de se prononcer sur des diamants pesant au minimum 0.30 carats car la plupart présente déjà un certificat où il est écrit noir sur blanc leurs caractéristiques. Mais depuis cette situation complexe, les grands laboratoires tels que l’IGI, le GIA ou encore le HRD ont pris l’habitude de vérifier la nature des diamants destinés à être analysés. Ces laboratoires ont en effet le matériel nécessaire et adéquat à l’analyse des diamants de 0.05 carats et plus. En revanche, toute analyse d’un diamant de moins de 0.05 carats devient extrêmement complexe. Toutefois le porte-parole de l’IGI précise que ces analyses sont essentielles pour garantir la sécurité et la crédibilité du marché diamantaire, il précise « qu’il vaut mieux prévenir que guérir ».

gros plan sur un diamant synthétique

Actuellement plusieurs questions se posent : si la production de diamants synthétiques destinés à être taillés est encadrée et contrôlée, qu’en est-il des autres diamants synthétiques fabriqués et mêlés à d’autres lots de diamants naturels ? Notamment les diamants dont le poids est compris entre 0.02 carats et 0.07 carats. Qui les fabrique, les taille, les place sur le marché du diamant taillé ? Toutes ces questions sans réponses claires et précises montrent bien qu’il faut s’assurer à chaque achat et/ou investissement dans le diamant de sa provenance, de sa nature et de ces caractéristiques.

Une expertise certifiée

C’est pourquoi, Diamant Gems, diamantaire expert s’attache à vous proposer des pierres de 0.30 carats et plus, toutes certifiées IGI, GIA ou HRD, les seuls laboratoires réputés et reconnus mondialement.

De même, si vous souhaitez connaître la nature et les caractéristiques de votre diamant, vous pouvez apporter votre pierre et la faire expertiser par nos gemmologues qui détermineront avec vous la valeur de votre pierre. En effet, il est essentiel de contrôler la pierre sous tous les angles et notamment les inclusions qu’elle peut présenter. Car un diamant naturel ne présentera pas les mêmes caractéristiques qu’un diamant synthétique. Ainsi ce dernier peut avoir des inclusions métalliques ou de la phosphorescence ce qu’un diamant naturel n’a pas. Il convient donc d’établir une déclaration écrite pour les pierres de moins de 0.30 carats et un certificat pour les diamants de plus de 0.30 carats auprès de professionnels du marché diamantaire.

Pourquoi les prix des bijoux sont en baisse

En novembre 2014, l’indice des prix de la consommation de bijoux ne cesse de chuter. Ce phénomène est d’autant plus renforcé par les promotions réalisées dans les magasins vendeurs de bijoux au détail. Cette situation est notamment due à la demande des consommateurs qui a été beaucoup plus faible au cours de la seconde moitié de l’année.

En revanche, l’indice des prix de la production de bijoux a légèrement augmenté le même mois, suivant la tendance des fournisseurs qui ont eux-mêmes augmentés leurs prix.

Une baisse liée à la baisse du prix des métaux précieux

 

En moyenne, le prix des bijoux au détail a diminué de 5% entre novembre 2013 et novembre 2014. Cette baisse est aussi liée à celle du prix des métaux précieux. En effet, l’or, l’argent ou le platine connaissent une baisse significative de leurs prix depuis 2013.

C’est également le cas pour le prix des diamants polis qui ont chuté de 3,3% entre novembre et décembre 2014 alors que la baisse du prix des diamants polis était de 3,5% entre décembre 2013 et décembre 2014. Plus précisément, on enregistre une baisse de 5,2% du prix des diamants de 1 carat, tandis que les prix des diamants de 2 carats ont chuté de 4,2% en décembre 2014. En revanche, les prix des diamants inférieurs à 1 carat et supérieurs à 2 carats sont restés plus ou moins stables avec une hausse enregistrée de 2% pour les prix des diamants de 4 carats.

Ainsi, sur une année, les prix des diamants ont reculé en moyenne de 0,1%, sur la même période les prix de l’or ont reculé de 7,8%, ceux de l’argent de 23% et ceux de la platine de 14,9%. De même, sur une période d’un mois, on enregistre une baisse du prix des diamants de 3%, une baisse du prix de l’or de 3,8%, d’une baisse du prix de l’argent de 7,1% et d’une baisse du prix de la platine de 4%.

Comme pour les bijoux, la demande en diamant a été faible à la fois sur le marché américain mais également sur les autres marchés mondiaux. Cette demande incertaine influe directement sur les prix des bijoux mais aussi sur les prix des diamants qui risquent de stagner à court terme.

Depuis le début de l’année 2015, la demande en diamants bruts reste timide. Les investisseurs attendent en effet la première Présentation des ventes de De Beers avant de reprendre leurs investissements. Mais la réduction des prix de vente des diamants de De Beers n’a pas été à la hauteur des espérances des investisseurs. C’est pourquoi la demande en diamant est restée faible les jours suivants.

Le diamant d’investissement reste une valeur sûre

Toutefois investir dans le diamant reste une valeur sûre dans la mesure où chaque pierre aura toujours de la valeur. De plus, les diamants se font de plus en plus rares étant donné l’essoufflement du rendement des gisements de diamants bruts. Ainsi, la demande ne cessant de croître, les prix des diamants seront soumis à une augmentation ces prochaines années. Le cours du diamant a d’autre part augmenté depuis le début de l’année 2015. Cette augmentation atteint presque les 15% et devrait continuer à augmenter de manière considérable ces prochaines années. Cette évolution positive est notamment due à la reprise du marché américain mais aussi à l’apparition de nouveaux marchés en développement tels que la Chine et l’Inde.

Il faut savoir que le diamant n’est pas soumis aux mêmes lois du marché que les autres produits de détail et son prix n’est pas fixé en fonction des monnaies internationales. En revanche il reste une monnaie d’échange internationale puisque les diamants s’échangeront toujours contre de l’argent.