Les Diamants Célèbres

Les diamants célèbres dans le monde doivent sans aucun doute leur succès aux différentes caractéristiques qu’ils présentent telles que leur poids, leur couleur, leur provenance mais aussi et surtout à une part de mystère qui les habite. En effet, les diamants célèbres sont aussi connus pour avoir été la possession de personnes importantes qui ont marqué l’histoire des différents pays du monde. Ainsi les noms donnés à ces pierres historiques font référence à leur couleur, leur taille, le lieu dont elles proviennent, ou à leurs propriétaires. Cet article va donc présenter une série de diamants célèbres et va tenter de retracer leur chemin bien souvent semé d’embûches.

Le Diamant de l’Archiduc Joseph Auguste

Ce diamant de 78,56 carats a été découvert il y a 300 ans dans la région Golconde, en Inde. Ce diamant d’une couleur D, autrement dit la plus pure, est resté dans l’ombre jusqu’à ce que son premier propriétaire se fasse connaître en 1933 : l’Archiduc Joseph Auguste d’Autriche qui plaça son diamant dans un coffre-fort durant toute la Seconde Guerre Mondiale. Selon une théorie qui n’a pas encore été confirmée, le Diamant de l’Archiduc Joseph Auguste aurait appartenu auparavant à un autre Archiduc qui lors de sa visite à Hyderabad en Inde, aurait découvert cette pierre en 1893. Un siècle plus tard, soit en 1993, il refait alors surface lors d’une vente aux enchères à Genève où il a été vendu pour 6 487 945 de dollars (soit 5 951 716 euros) au Président de Black, Starr & Frost : Alfredo Molina. Ce dernier le conserva près de 19 ans avant de le revendre de nouveau à Genève en novembre 2012. Après retaille, ce nouveau diamant de 76,02 carats a été adjugé à 21 506 914dollars (soit 19 729 368 euros).

diamant archiduc joseph auguste

Le Beau Sancy

Ce diamant de plus de 400 ans a été découvert et exploité en Inde et pesait 34,98 carats. Il a été façonné par un maître tailleur et était donc d’une symétrie tout à fait honorable pour l’époque. Ce diamant est apparu publiquement en 1604 après avoir été acheté par le Roi Henri IV de France pour l’offrir à sa femme, Marie de Médicis. Mais à la mort du Roi, 6 ans plus tard, ce diamant rejoint la collection de Nicolas Harlai, seigneur de Sancy, qui donna alors son nom à la pierre : le Beau Sancy. Après la mort de Harlai en 1927, le Beau Sancy fut acquis par le Prince de la Maison d’Orange qui le transmit par la suite à son petit-fils, le Roi Frédéric Ier de Prusse. Ainsi, le Beau Sancy est venu orner la Couronne de Joyaux de la Dynastie des Hohenzollern jusqu’à la veille de la Première Guerre Mondiale. En effet, le Diamant fut alors serti sur un grand collier aux côtés de 22 autres petits diamants de taille brillant. Ce n’est qu’en 1973 qu’il fut serti en tant que pendentif et devint la propriété de la Maison Royale de Prusse à Bretmen en Allemagne jusqu’en 2012. Le 15 mai 2012, il fut en effet vendu lors d’une vente aux enchères de Sotheby à Genève à un anonyme pour la modique somme de 9 676 188 dollars (8 862 904 euros).

diamant beau sancy

Le Vert de Dresde

Ce diamant vert pomme de 41 carats de taille poire fut l’objet d’un journal de Londres écrit en 1722. Ainsi, selon ce journal, le diamant a été découvert dans la région Golconde, en Inde et fut conseillé par un diamantaire de Londres, Marcus Moses, au Roi George I. Mais ce dernier a refusé de l’acheter et le Diamant Vert de Dresde est alors devenu la propriété du Roi Frédéric Auguste II de Pologne en 1741. Dès lors, le Vert de Dresde devint l’insigne de l’Ordre de la Toison d’Or aux côtés du Diamant Saxon Blanc de 49 carats. 4 ans plus tard, en 1768, le Vert de Dresde fut séparé de l’insigne et sertie sur un ornement de chapeau aux côtés de centaines d’autres petits diamants. Il est depuis 200 ans exposé à l’Albertinium Museum à Dresde en Allemagne.

diamant vert de dresde

Le Diamant de l’Empereur Maximilien

La Maison Autrichienne de Hapsburg a toujours eu un goût prononcé pour les gros diamants. Ainsi, l’Archiduc Ferdinand Maximilien était le propriétaire de deux pierres achetées lors d’une expédition botanique en 1860 au Brésil. La plus grande des deux, d’un poids de 41,94 carats, a ainsi été nommée comme étant le Diamant de l’Empereur Maximilien. Egalement attiré par le pouvoir, l’Empereur Maximilien a accepté la proposition de l’Empereur Napoléon de France de prendre le contrôle du territoire mexicain. Mais les mexicains n’étaient pas de cet avis et ont de nombreuses fois tenté de l’exécuter. Le Diamant de l’Empereur Maximilien a pourtant survécu et fut acheté en 1919 par Ferdinand Hotz, un revendeur de joyaux à Chicago. Lors de sa mort en 1946, le diamant fut alors vendu à New York puis de nouveau vendu en 1982 lors d’une vente aux enchères de Christie à Laurence Graff, diamantaire à Londres, pour une somme de 726 000 dollars (soit 665 052 euros). Ce dernier le vendit par la suite à Imelda Marcos des Philippines. Ce diamant de couleur I et de pureté VS1 a de nouveau été vendu et fut retaillé dans les années 1990 à 39,55 carats. Il fut finalement représenté le 22 avril 2010 lors d’une vente aux enchères de Christie à New York, pour un prix de 1 762 500 dollars (1 614 538 euros).

diamant empereur maximilien

Le Diamant de l’Espoir

Ce diamant de 45,52 carats est sans doute l’un des diamants les plus célèbres et connaît un succès tel que chaque année, des millions de visiteurs font le déplacement pour venir l’admirer au Musée National d’Histoire Naturelle de la Smithsonian Insitution à Washington. Son histoire est étroitement liée à la malédiction des trois D qui se transmet lors de la vente aux enchères de tels diamants : Death, Debt, Divorce. Le Diamant de l’Espoir causerait ainsi deux des trois « D » qui sont la mort et la dette. Ce diamant bleu en forme de poire triangulaire a été découvert dans la région Golconde, en Inde et vendu par Jean-Baptiste Tavernier, un voyageur français et célèbre revendeur de joyaux en 1600. Ce diamant fut par la suite nommé le Bleu Français ou le Bleu Tavernier et pesait alors 112 carats. Il fut acquis par la couronne française en 1678 et retaillé sous les ordres de Louis XIV, formant ainsi un nouveau diamant de 67,12 carats. La Révolution Française éclata et envoya ce diamant dans l’oubli. Il refit alors surface en 1830 lorsqu’il fut acheté par Henry Philip Hope à Londres. Il fut ensuite vendu par Lord Francis Hope, le descendant de Henry Philip Hope, en 1906 pour combler une partie de ses dettes. Après être passé de main en main, le diamant fut alors acheté par Pierre Cartier qui le vendit aux McLean de Washington en 1911. Après la mort de Madame McLean en 1947, la pierre fut achetée avec le reste de la collection de ses bijoux par Harry Winston qui exposa le Diamant de l’Espoir lors de plusieurs événements de charité. Ce n’est qu’en 1958 qu’il décide de faire don de ce diamant à la Smithsonian Institution de Washington, où il est exposé depuis.

diamant espoir

Le Koh-I-Noor

Ce diamant a parcouru une route longue et sinueuse depuis 1304 lorsqu’il a été placé dans les mains du Sultan de Delhi. Il fut ensuite dérobé tel un butin de guerre par le Rajah de Gwalior qui fut lui-même battu en 1526 par Babur, le premier Empereur Moghol. La pierre doit alors son nom à l’Empereur Perse Nadir Shah qui en 1739 s’exclama « Koh-I-Noor » en admirant ce diamant, ce qui signifie « Montagne de Lumière ». Mais la Perse dû ensuite faire face à la conquête du Pendjab par les britanniques qui s’emparèrent du diamant et le remirent à la Reine Victoria en 1850. A cette époque, ce diamant pèse alors 186,1 carats. Malgré son poids impressionnant, le diamant manquait cruellement d’éclat ce qui n’a pas échappé à la Reine. Le diamant fit alors confié au joaillier de la couronne, Garrard & Co qui le fit retailler par des tailleurs d’Amsterdam. Sa retaille a pris 38 jours et a donné naissance à un nouveau diamant de taille ovale d’un poids de 105,60 carats et présentant 66 facettes soit 8 de plus qui ont été placées sur le pavillon. Aujourd’hui, le diamant peut être admiré dans la Tour de Londres puisqu’il constitue la pièce maîtresse de la couronne de la Reine Mère.

diamant koh i noor et couronne reine d'angleterre

Le Diamant Princie

Ce diamant fantaisie d’un rose intense et de 36,65 carats a été découvert dans les mines de Golconde en Inde il y a plus de 300 ans et fut la possession de la famille royale d’Hyderabad depuis des siècles. C’est en 1960 que ce diamant de taille coussin est acheté par Van Cleef & Arpels lors d’une vente aux enchères de Sotheby pour 128 000 dollars. La pierre fut dévoilée au grand public à la boutique de Van Cleef & Arpels à Paris lors de la venue de Maharani de Baroda, une fine connaisseuse en joaillerie. C’est Pierre Arpels qui baptisa le diamant « Princie » en l’honneur du surnom donné au fils de 14 ans de Maharani. Ce diamant est finalement vendu lors d’une vente aux enchères de Christie le 16 avril 2013 pour la somme de 39 323 750 dollars (soit 35 987 130 euros) et doit ce prix onéreux à sa fluorescence tirant sur le rouge orangé.

diamant rose princie

Le Diamant Régent

Malgré son nom élégant, ce diamant a fait l’objet d’une histoire tourmentée. D’un poids de 410 carats, le diamant brut a été extrait le long de la rivière Kistna en Inde en 1701. Il aurait été secrètement gardé par la personne l’ayant trouvé et qui l’aurait caché dans les bandages d’une blessure à la jambe auto-infligée. Cette personne aurait ensuite négocié son passage à bord d’un bateau en confiant la pierre au capitaine qui la vendit à un marchand de diamants indien nommé Jamchund pour la somme de 5 000 dollars (soit 4 580 euros). Ce marchand s’est empressé de revendre ce diamant au Gouverneur Thomas Pitt, un Britannique installé en Inde, pour la somme de 100 000 dollars (soit 91 565 euros). Le diamant fit ensuite taillé en un diamant de taille coussin et pesant 140,50 carats. Cette nouvelle taille apporte à la pierre une valeur certaine qui lui vaut d’être vendue pour 650 000 dollars (soit 595 303 euros) au Duc d’Orléans Philippe II, aussi connu comme le Régent de France. Mais avec la Révolution Française, le diamant tombe dans l’oubli et ne réapparaît qu’à la fin du XVIIIème siècle pour financer les croisades de Napoléon. Le Régent a fait partie des joyaux de la Couronne de France et est aujourd’hui exposé au Musée du Louvre à Paris.

diamant regent et couronne de france

Le Diamant Tiffany

Ce diamant d’un jaune canari pèse 128,51 carats et est l’un des plus célèbres du monde. Son succès est dû en grande partie à son association avec l’un des bijoutiers/joailliers les plus connus dans le monde et à sa mise en vitrine presque continue dans la boutique de la 5ème Avenue à New York. Son histoire quant à elle n’est pas à la hauteur de son immense succès puisque le diamant brut de 287,42 carats a été découvert en 1877 dans les mines de diamants d’Afrique du Sud et probablement dans la mine de Kimberley, réputée pour produire des pierres d’un jaune intense. C’est en 1879 que Charles Tiffany achète la pierre et la fait retailler par George F.Kunz. Ce jeune gemmologue de 23 ans fait de cette pierre un nouveau diamant de taille coussin à 90 facettes pour améliorer sa couleur jaune. Au cours du XXème siècle, ce diamant fut parfois placé sur une broche créée par Jean Schlumberger et appelée « Bird on a rock ».

diamant tiffany et broche oiseau

Le Wittelsbach

Ce diamant bleu de 35,56 carats a probablement été découvert et extrait de Golconde, en Inde et vendu par Jean-Baptiste Tavernier, le plus célèbre voyageur et revendeur français de pierres précieuses du XVIIème siècle. En 1664, le Roi Philippe IV d’Espagne offre à sa fille ce diamant suite à son engagement avec Léopold Ier d’Autriche. Ce diamant fut nommé Wittelsbach lorsqu’il fit partie d’une dot à Munich, la Maison des Wittelsbach. Il fit partie de la couronne royale bavaroise en 1806 où il est resté jusqu’à la fin de la Première Guerre Mondiale. En effet, la Bavière est alors devenue un Etat libre et une fondation privée a alors mis la main sur la propriété des Wittelsbach, dont le diamant. Le Wittelsbach a brièvement été présenté en public en 1931 lorsque les joyaux de la couronne bavaroise ont été présentés lors d’une vente aux enchères. Malheureusement le diamant bleu n’a pas connu un réel succès malgré la baisse de son prix initial. Il fit finalement vendu 30 ans plus tard à un collectionneur allemand qui le garda précieusement jusqu’au 10 décembre 2008 où la pierre fut présentée lors d’une vente aux enchères de Christie à Londres. Le Wittelsbach fut alors acheté par le célèbre diamantaire Laurence Graff pour la somme de 24 311 390 dollars (soit 22 311 778 euros) qui rebaptisa le diamant : Wittelsbach-Graff. Le diamantaire, malgré les controverses, décida de faire retailler le diamant bleu pour pallier ses défauts physiques accentués avec le temps et en fit un nouveau diamant de 31,06 carats.

diamant wittelsbach-graff

Voici maintenant une suite de diamants récemment découverts qui font concurrence de manière relative aux diamants précédemment cités.

Le Blue Moon

Diamant de forme coussin d’un bleu intense, il pèse 12 carats et est depuis le 12 septembre 2014 exposé au Musée d’Histoire Naturelle de Los Angeles. Suite à sa découverte en janvier 2014, il a été taillé pendant près de six mois par la société privée Cora International qui le mettra en vente dès janvier 2015.

blue moon diamant

Le Millennium Star

Diamant de forme poire, il a été découvert en 1990 en République Démocratique du Congo. Avec ses 203,04 carats il est l’un des plus célèbres diamants de la marque De Beers.

diamant millennium star

L’Argyle Phoenix

Ce diamant de 1,56 carat et de forme ronde a été découvert en Australie et a été récemment vendu au prix de 2 millions de dollars.

diamant argyle phoenix

Le Burton-Taylor

Ce diamant blanc en forme de poire a été offert à Elizabeth Taylor par son mari Richard Burton en 1969, qu’il a racheté à Cartier. Elizabeth Taylor le porta notamment lors de la 42ème cérémonie des Oscars en 1970.

diamant et collier burton taylor

Le Black Orlov

Ce diamant noir de 67,5 carats a été découvert en Inde et vendu en 1990 à Sotheby’s. Il serait maudit et aurait été coupé en 3 morceaux pour rompre cette malédiction.

diamant noir black orlov

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Required fields are marked *